Baignade dans l’Aar à Berne


Catégorie:
Nature et univers
  • Pratiques sociales
Canton:

Description

Berne n'a pas de lac. Mais la baignade dans l'Aar et - un plaisir doublé d'une petite montée d'adrénaline due à la force du courant - attire de plus en plus l'attention au plan international. Des villes comme Berlin ou Boston s'inspirent de ce modèle et aimeraient elles aussi offrir à leurs habitants le bonheur de pouvoir se baigner dans des eaux propres. Car la tradition de la baignade dans l'Aar tient pour beaucoup à la pureté de l'eau, qui est une rareté dans le monde actuel. L'Aar avait autrefois une fonction protectrice, elle jouait le rôle de réserve d'eau, de source d'alimentation et de voie de transport. Aujourd'hui, elle est le symbole d'une ville qui se veut proche de la nature. Les bains gratuits du Eichholz, du Marzili et de la Lorraine sont des lieux de détente et de villégiature situés à deux pas du centre-ville et qui contribuent grandement à la qualité de vie de Berne.

La nage dans l'Aar est addictive. Depuis 25 ans, les plus mordus n'hésitent pas à se jeter à l'eau tard dans l'automne pour parcourir les 350 mètres au programme du « Zibeleschwümme ». Mais pour la plupart des habitants de Berne, nager dans l'Aar évoque les belles journées d'été. Les deux principaux points de départ sont les deux bains fluviaux traditionnels de la ville : celui du Marzili (1782) et celui de la Lorraine (1892). Après y avoir déposé ses vêtements, le baigneur rejoint le cortège des nageurs en maillot de bain qui remontent le long de la rivière : de la Lorraine en direction de Altenbergsteg, du Marzili en direction de Schönausteg. A l'endroit de son choix, on se jette à l'eau et on se laisse porter par le courant. Sous l'eau, on entend la musique de l'Aar : le roulement des galets qui produisent des sons enchanteurs.

Même si les points d'entrée et de sortie de l'eau sont bien signalés, la baignade dans l'Aar reste dangereuse et n'est réservée qu'aux bons nageurs. La plupart des petits Bernois font leur première expérience de l'Aar avec papa et maman. Un événement qu'ils attendaient depuis longtemps. La tradition se perpétue ainsi d'une génération à l'autre.

Galerie d'images

  • Cette affiche est une ode à la baignade dans l’Aar – en hiver, seuls les plus endurcis se baignent sous les flocons de neige © Kaspar Allenbach/aare.guru
  • Capture d’écran de l’app aare.guru (2.7.2017) © aare.guru
  • Capture d’écran de l’App Aare – Température de l’eau (Berne, 2.7.2017) © illuBits Schaad
  • Carte de l’Aar pour les conducteurs de bateaux pneumatiques et les nageurs (Berne, 2017) © Schweizerische Lebensrettungs-Gesellschaft: SLRG
  • Carte des lieux de baignade dans l’Aar dans la villle de Berne © aare.guru
  • Aare you safe – panneau signalant la sortie au Marzili © Sportamt der Stadt Bern
  • Aare you safe – slogan sur la rive de Blutturm © Sportamt der Stadt Bern
  • Aare you safe – affiche 2017 © Sportamt der Stadt Bern
  • Le Marzili en 1898/99 (Müller-Atlas) et aujourd’hui © Mülleratlas und GoogleMaps
  • Baignade dans l’Aar © Marco Zanoni

Documents vidéo

Wie fühlt sich Aareschwimmen an (18.12.2011). © Aare.guru

Swimming in Bern (17.6.2017) © Diccon Bewes

Références et dossier

Publications
  • Christian Aeberhard et al. (Ed.): Heimat Marzili. 80 Portraits aus dem Berner Aarebad. Baden, 2004

  • Peter Gygax: Marzili - Berner Welt am Aareufer. Münsigen-Bern, 1991

  • Franz auf der Maur, Laslo Irmes: Die Aare. Zürich, 1987.

  • Barbara Kerneck: Träume von Klarheit. In: Tageszeitung taz, 22.7.2005 (www.taz.de/!572702/)

  • Andreas Schwab: «Nackt beim Dählhölzli herumspazieren». In: Der kleine Bund, 22.8.1998, p. 7

Dossier